Tournée & New Burlesque

« What is the New Burlesque? » demande le journaliste à ces perfomeuses. C’est la question que beaucoup se posent encore. Qu’est-ce que le New Burlesque? Des nanas/objets qui s’éffeuillent le corps pour ne montrer que la chair à des hommes sujets? Non, le New Burlesque, incarné aujourd’hui par la voluptueuse Dita Von Teese, mais aussi Le cabaret des filles de joie à Paris s’inscrit dans la démarche féministe. Des shows, des numéros de femmes-sujets pour d’autres femmes. Des numéros inventifs, drôles, érotiques et poétiques. Le New Burlesque n’est pas si nouveau que ça. Dans son film Tournée, Almaric attise l’oeil du spectateur. Ses couleurs flamboyantes, sa musique, ses numéros, ces femmes. Ces femmes dont les corps échappent aux stéréotypes et dont les idées remettent en cause des millénaires d’histoire. Le New Burlesque, une démarche non seulement féministe mais aussi Queer. La théorie (qui n’est pas que théorique) selon laquelle l’homme et la femme sont des produits culturels et non pas naturels. Les sociologues et autres écrivain-e-s ont fait parler d’elles ces dernier temps. Elisabeth Badinter par exemple, affirmant que l’instinct maternel n’existait pas. Cet idée d’instinct maternel tant interiorisé qu’il est est devenu presque naturel (du moins, c’est ce que l’on a voulu nous faire croire, l’horloge biologique et tout le reste). Le New Burlesque, au-delà du show et de l’éffeuillage érotique, est un hymne à la liberté. Les femmes ont le choix. Et la liberté, c’est avoir le choix. Le New Burlesque, ce sont toutes ces idées qui j’espère révolutionneront la société, car pour l’instant, c’est bien mal parti.

Dans Tournée, l’esprit du New Burlesque reste présent, ces femmes n’hésitent pas à remettre les choses en place quand Almaric (Joachim) tente de les contrôler un peu. Il apparait comme un enfant dans son film; il veut tout contrôler, mais tout lui échappe. Il s’énerve contre celles qui les émerveillent. Nous aussi, sommes émerveillé-e-s, par les numéros que nous souhaitons voir en spectacle et que nous irons voir au Théâtre de la Cité Internationale. Emerveillé-e-s par la photographie, et par l’interprétation. C’est drôle, touchant, émouvant, dérangeant et engagé. C’est le genre de film qui nous bouscule, mais en douceur, et avec poésie.

Advertisements
Cet article a été publié dans sept° art. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s