coup de foudre

Tu l’a vue, tu l’as voulue, tu l’as eue, tu l’as perdue. Et parfois…Elle est la scène parfaite du film. Le coup de foudre. Ca se joue en un instant, en un regard…puis d’autres. J’ai eu une autre vision, c’était atroce. C’était beau, un peu niais quand même, assez simple, enfin pas si nul, peut-être plus mûr, mais plus exaltant (j’aime ce mot en ce moment). Je n’ai même pas envie de m’en débarasser, de ce sentiment, de ces émotions. Je crois qu’elles me font du bien, bon, elles me font du mal, aussi. Mais elles sont nouvelles en fait, je ne savais pas. Oui, c’est nouveau, c’était nouveau et je m’en rends compte après. Putain que je suis nulle. Mais cela ne changerait rien.

Si parfois nous pouvions contrôler les gens. Je ne sais pas si ça me rendrait plus heureuse, mais en tout cas, ce serait moins casse tête et moins casse gueule. Moi je le voyais bien ce petit gars blond qui riait et avec qui on jouait. J’ai cette putain d’image dans la tête. J’ai 24 ans merde !

Je n’aime être frustrée, c’est ça qui me rend amère. Ou l’amour me rendrait vraiment mauvaise. Dans ce cas là…Rohmer avait raison mais je ne vais pas me le faire tatouer. Faut pas se faire tatouer des vérités sur les poignets, après, ça devient vraiment vrai.

Puis l’échange charnel était inévitable.

Pardon si vous ne comprenez pas, ce n’est pas fait pour être compris.

C’est l’anniversaire de ma soeur aujourd’hui. J’ai le droit de lui dire que je l’aime dans un blog? Rah, je m’en fous, j’ai décidé d’être niaise jusqu’à dimanche…

Puis, autre chose. L’autre. Je me suis rendue compte, mais je le savais déja, que je n’étais absolument pas attirée par elle. J’apphréhendais, la boule au ventre, un peu. C’était la première fois. Puis c’était chouette. Comme revoir une vieille connaissance, sauf qu’avec cette personne, tu as partagé bien plus qu’un verre.

Publicités
Cet article a été publié dans à poil(s), et la poésie naquit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour coup de foudre

  1. Joshua Blogspel dit :

    Belle brume…
    (compréhension difficile)
    avec passages de belles éclaircies
    (« Moi je le voyais bien ce petit gars blond qui riait et avec qui on jouait » …)

  2. W. dit :

    Les vérités qu’on se tatoue sur les poignets deviennent vraies, j’attends de voir… Pour l’instant pas la mienne en tout cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s