une fois par mois [mai 2010]

Je crispe mon corps quand j’avance, et même lorsque je n’avance pas.

Un marteau cogne mes tempes par pur sadisme.

Je sens un boulet de canon dans mon vagin et une chaine en métal qui tire le tout vers le bas. Ca tire, ça tire, ça tire. Ca fait mal.

Un bête étrange donne des coups dans mon bas ventre ; entre par tous les trous, fait exploser le tout.

Mes reins s’écartent, se tirent, se contractent, puis s’étirent. La douleur monte le long de la colonne vertébrale et atteint mon cou, ma nuque.

Ma tête est lourde ; le marteau cogne toujours mes tempes ; il fait des marques, des trous, partout.

La chaine en métal persiste à tirer ce boulet de canon vers le bas. Il tire, il veut faire tomber mon vagin avec le boulet, arracher mon sexe, me tuer.

Ca tire, ça tire, ça tire. Ca fait mal.

Ca tire.

Je sens le flux sanguin traverser le col de mon utérus ; et alors que le boulet tire vers le bas et déchire au passage mon vagin ; il emporte avec lui la chair et le sang qui forme ainsi sur le sol ou sur un bout de tissus une chose rouge à la vue et flasque au toucher.

J’ai mes règles.

Et je déteste ça.

Enfin, le premier jour surtout.

Advertisements
Cet article a été publié dans à poil(s), et la poésie naquit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s