IDAHO

Cela fait une semaine que je pense à écrire quelque chose pour aujourd’hui ; aujourd’hui : Journée Internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (l’IDAHO*).

Je ne sais pas comment commencer… Dois-je attirer l’attention des lecteurs et lectrices en parlant d’abord des violences que subissent des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre ? Dois-je attirer votre attention en parlant des viols, des meurtres ? Dois-je rappeler que l’homosexualité est passible de la PEINE DE MORT dans 9 pays (Iran, Arabie Saoudite, Afghanistan, Mauritanie, Soudan, Nigeria (États du nord), Yémen, Pakistan, Émirats Arabes Unis) ? Dois-je attirer votre attention en parlant des violences physiques allant jusqu’à la mort pour rendre la lutte contre l’homophobie légitime ? Dois-je parler de violences atroces et insoutenables pour que vous vous rendiez compte que l’homophobie est une discrimination à la même échelle que le racisme ? Dois-je expliquer que hiérarchiser les discriminations est une discrimination en soi ? Dois-je encore, pour la énième fois, justifier mon engagement à Sos homophobie ou à toute autre association de lutte contre l’homophobie ?

Pourquoi me sente-je obligée de parler des violences physiques ou sexuelles pour rendre cette cause, notre cause, légitime ?

Pourquoi faut-il qu’à chaque fois, on me reproche d’en faire trop « Tu vas trop loin, tu exagères, ce n’est pas ce qu’il voulait dire quand il a dit tapette… ». Pourquoi faut-il que l’on me reproche de plomber l’ambiance lorsque je corrige quelqu’un-e ? Avons nous le droit de laisser certaines personnes dire certaines choses  alors que nous savons que ces propos là peuvent être la cause du suicide chez les jeunes homos/lesbiennes/bi/trans.  Dois-je fermer ma gueule ? Vraiment ?

Dois-je accepter que le gouvernement actuel français nous fasse croire qu’il va mettre en place des mesures contre l’homophobie mais que celui-ci rechigne de diffuser un simple dessin animé Le baiser de la lune. ?

C’est sur le désir amoureux, c’est poétique.

« Laissons aux enfants leur enfance ! » avait-on rétorqué. Ah bon ? Les enfants ne tombent pas amoureux ?

Le gouvernement dit qu’il veut prévenir l’homophobie mais il ne met pas en place les mesures adéquates. Il ne fait qu’intervenir quand le mal est déjà fait. Son rôle n’est-il pas de prévenir ? Quant aux décisions de justice, bien que dans ce domaine là nous ayons avancé, la QPC (Question Prioritaire de Constitutionalité) visant à mettre les propos homophobes à la même échelle que les propos racistes, n’a pas été acceptée. Quand la justice discrimine…Que fait-on ?

Quand le gouvernement discrimine aussi, que fait-on ?

Comment légitimer l’homophobie aux yeux de la population lorsque le gouvernement lui-même discrimine ? Pourquoi la France n’a t’elle toujours pas autorisé le mariage (civil) homosexuel, l’adoption par un couple du même sexe ?

On ne PEUT PAS lutter contre l’homophobie tout en hiérarchisant non seulement les discriminations, mais aussi les orientations sexuelles, amoureuses et les identités de genre.

Dire que le mariage est entre un homme et une femme, c’est déjà hiérarchiser, c’est discriminer, c’est allé à l’encontre même de la République et des droits de chacun et chacune d’entre nous, c’est NE PAS RESPECTER LES DROITS DE L’HOMME et c’est rendre les agressions verbales, physiques, sexuelles, légitimes !

Je parle à beaucoup mais aussi à un entourage proche qui me reproche parfois de trop en faire, qui soutient que le mariage est entre un homme et une femme, oui qui disent qu’ils n’aiment pas « les pédés qui font pédé ». C’est homophobe ! A cause de tels propos, vous ne vous rendez pas compte que certaines personnes, des ados peuvent se suicider, vous ne vous rendez pas compte que vous contribuez à l’homophobie ambiante, latente, celle qui se cache, mais aussi à celle visible, celle qui donne des coups. Vous ne vous rendez pas compte qu’en tenant de tels propos, vous aussi, vous agressez, vous blessez quelqu’un-e.

Nous ne devrions pas avoir à régler l’homophobie en justice, nous devrions la PRÉVENIR dans les écoles, dès les plus bas âges, car le formatage commence tôt ; et dire que nous ne pouvons pas parler d’homosexualité ou d’identité de genre à ces âges là, c’est une fois de plus, hiérarchiser, discriminer voire même, tuer…

Et alors que j’ai commencé à parler de violences physiques pour attirer votre attention, me voilà à me sentir obligée de finir ce texte par « tuer »…Parce que l’homophobie tue et que l’homophobie latente  à laquelle vous contribuez tue aussi.

Voilà. J’ai dit mon mot.

(photo: campagne d’affichage contre l’homophobie en Allemagne)

Publicités
Cet article a été publié dans homophobie, hurler un peu, perso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s