Sexy Sushi @ Rock en Seine

Pas d’intro sur l’ambiance de Rock en Seine qui se veut déja assez effervescente. La bouffe grasse. Il pleut. Nous sommes chaud-e-s et mouillé-e-s, et cela nous rappelle bien d’autres situations. (ça c’est fait: pour la blague nulle).

45 minutes avant le concert de Sexy Sushi, on rejoint la scène de l’Industrie. 45 minutes avant son concert, les places tout devant sont déja prises. Sur scène, ils sont en pleine installation. 35 minutes avant le concert, plus le temps de retourner aux toilettes pour perdre sa place et une demie heure avant, ça commence à bien se remplir. Test de son, ça crie déja, ce n’est même pas le calme avant la tempête. 10 minutes avant, je n’ai jamais vu un endroit aussi blindé. Une minute avant, ça crie. Puis sexy Sushi entre en scène. En plein milieu de la première chanson Rebeka Warrior est déja dans le public, les vigiles tentent parfois de la ramener sur scène. C’est la première chanson, c’est déja le chaos. Moi, presque tout devant, je me vois balancée de droite à gauche. Puis deuxième chanson, un coup de coude à gauche, des mains en l’air, attrappé-e-s par les vigiles pour rejoindre l’estrade. Ils doivent déja être 20 sur l’estrade. Des nanas se retrouvent en soutif, et nous rappelle Sexy Sushi le 6 décembre dernier à la Cigale.

C’est le vrai bordel. Le sex-appeal de la policière débarque, Rebeka escalade les installations et continue à chanter. La chanson qui les a fait connaitre rend la foule complètement folle. Je suis encore balancée telle une balle de ping pong et j’ai perdu de vue les personnes avec qui j’étais. J’ai l’impression que je vais y passer. Vraiment.

L’homme cagoulé flagellé ou abdigué. Qui sait?

On crie ensuite « à mort aux artic monkeys » qui devient « à mort Rachida » pour qu’elle puisse chanter son ptit chat. Puis Enfant de putain, salope ta mère. Petit pédé. Elle chante les connues et les moins connues. CyrilTu dégages.

Chaque morceau me rappelle un moment vécu. Les paroles racontent quelque chose ou ne racontent rien mais disent, crient. Et j’ai l’impression que la foule est en osmose.

Rappel: et à la fin de son concert, elle nous demande de nous mettre à genoux, ce que la foule fait, alors que nous avions déja tant de mal à être debout. Pour la dernière, des derniers coups de coude, des gens qui tombent, le chaos, l’apocalypse. Je n’ai jamais vu ça. A genoux, ou pas. Rebeka part, « Ciao Biarritz » et nous, on en redemande encore. Décidemment, Sexy Sushi, au-delà de ses morceaux connus pour leurs paroles décalées, aura frappé fort avec sa présence de taré-e.

photos: ici.

Publicités
Cet article a été publié dans milieu lesbien, sound. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sexy Sushi @ Rock en Seine

  1. Laura dit :

    Des nanas en soutif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s