dans le rétro mensuel cinématographique 3

J’ai promis rigueur, je tiens la promesse en vous proposant pour la troisième fois la liste des films que j’ai vus en salles ce mois-ci.

Un film tendre et sans prétention. Lola Créton se révèle ainsi dans ce film après le désastreux Un amour de jeunesse. Ni réussi, ni raté.

Un petit chef-d’oeuvre, un petit coup de coeur angoissant. La justesse du propos, de la mise en scène et de l’intérprétation font de ce film un petit bijou passé inaperçu.

Est-ce le sujet du film ou la mise en scène qui laisse perplexe? Les deux se mêlent parfaitement, laissant au spectateur ou à la spectatrice le possibilité de se poser des questions. Sylvie Testud, simple et juste dans ce rôle pas si facile. Il fallait oser. Encore un film passé inaperçu.

Ce film, bien que très maladroit par moments, est une métaphore fantasque mais touchante de la peur du futur dans le couple; et de l’envie de mettre en danger ce qui nous uni pour mieux se retrouver. Miranda July met le doigt sur un sentiment universel et le traite avec justesse et fantaisie. Dommage qu’il ait été autant descendu par la critique qui préfère faire l’éloge de la niaiserie adolescente.

Bono, c’est le chanteur du groupe U2. Bono est aussi l’ancien meilleur ami du personnage principal qui a raté sa carrière de rockeur et qui souhaite se venger. Qu’on soit fan de U2 ou non, le film nous transporte dans les années 80, mais sans nostalgie aucune. Un bon moment.

Critique ici.

L’affiche est jolie non? Mais le film est long à démarrer et sans interêt. Bref, on se fait chier, alors on regarde le joli mîmois d’Anne Hathaway, ca suffit peut-être.

Le film est une réussite, autant sur le plan scénaristique que stylistique. Il nous met parfois en face de nos propres angoisses identitaires,  et nous surprend, presque continuellement. Sans doute l’un des plus sombres films d’Almodovar, mais aussi parmi l’un des plus travaillés et aboutis. Du génie.

Un film aussi tendre que grave; poétique. Sean Penn méconnaissable. Un petit chef-d’oeuvre stylistique. Un road-movie qui peut parfois faire penser à Une histoire vraie de David Lynch.

Publicités
Cet article a été publié dans sept° art. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour dans le rétro mensuel cinématographique 3

  1. Clélia dit :

    Joli blog ! Je ne sais pas si je te l’ai dis mais j’organises un concours pour gagner un vernis à ongle O.P.I. de la couleur de ton choix, alors viens tenter ta chance…!

  2. Mademoiselle Bistouri dit :

    Chère « Sappho »,

    Je me permets de signaler mon impatience en l’absence d’un nouveau post ! Je trépigne en attendant de lire ce que tu fais de mieux (à mon goût) : les poèmes, textes polémiques et personnels, et autres articles sur le féminisme.
    Alors, ne fais pas trop languir tes lecteurs (trices) en manque !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s