❍ About me ❍

(écouter Lemon Tree de Fool’s Garden)

J’ai 24 ans, je suis encore étudiante mais en reconversion et je lutte passivement contre l’administration branleuse de ma fac, ou du moins, de mon UFR (du monde anglophone à Paris III). C’est bien dommage, car nous avons d’excellents profs, d’excellent-e-s chercheurs/euses et un programme assez intéressant.

Il y a 4 ans, j’avais 20 ans; à l’époque, je partais vivre deux ans au Canada. Deux années que je regrette parfois à cause de la pression sociale et la course aux diplômes. Je devrais déjà être titulaire d’un master à l’heure qu’il est. J’ai déjà une foule d’idées pour mon mémoire et pour la recherche, bien que je ne veuille pas étendre mes études à un doctorat. La rigueur universitaire ne me convient pas et m’emmerde royalement. Pourtant, je sais qu’il faudra bien un jour me résoudre à un peu de rigueur imposée par la société, pour pouvoir mieux en sortir après; car je ne compte pas vivre comme un mouton toute ma vie, d’ailleurs, je n’ai jamais vécu comme un mouton; du moins, je crois.

Il y a deux ans, je suis arrivée à Paris, parents et soeur déja installé-e-s depuis deux ans. Nouveau style de vie, nouveau rythme qui m’a toujours convenu finalement et qui me plait malgré mes nombreuses plaintes contre la ligne 13 (car evidemment, je vis sur la ligne 13 et dans le nord de Paris). À l’époque, j’ai décidé de reprendre ma licence d’anglais, car evidemment, je maitrisais l’anglais oral presque parfaitement, mais pas l’écrit, encore moins la grammaire. Crac, boom, huh, chabada, boom boom…je remets les pieds sur terre et m’écrase complètement. Je n’aurais jamais du faire anglais bien que j’aime la langue. Alors beaucoup me disent que j’ai eu une chance incroyable d’être allée vivre deux ans à l’étranger, mais à côté de ça, la pression sociale que je vis quotidiennement me pousse à croire que j’ai gâché au moins une année de ma vie.

Cette année, j’ai pu ajouter à mon CV que j’avais une vie assiociative, pourtant, je persiste toujours à croire que si je précisais de quelle nature était cette assiociation, je risquerais fort d’être discrimminée. Pourtant, chez Sos homophobie, y’a pas que des homos. Je ne suis pas fière de faire partie de cette association, je suis simplement heureuse de me dire qu’en me rendant dans des écoles (collèges et lycées), je peux changer quelques points de vue, ouvrir le regard, empêcher une discrimination parmi tant d’autres. Il est interessant aussi de voir que dans la majorité des cas, les élèves sont receptifs/ves.

On me reproche souvent d’en faire « trop » de mon lesbiannisme, de vouloir trop m’afficher, d’en faire tout un fromage d’être lesbienne, car je participe à cette assos, parceque je souhaite faire mon mémoire sur la visibilité lesbienne dans les médias, parce que sur facebook, je poste beaucoup d’articles féministes, parceque je lis Yagg tous les jours. On me dit qu’il y a d’autres causes aussi. Moi, à ces gens là, je leur dis, que certes il y a de nombreuses causes, mais que je ne peux pas m’occuper de tout. Je suis pour l’écologie, contre le travail des enfants, les violences faites aux femmes; je suis contre la pauvreté, contre le racisme et contre l’antisémitisme autant envers les musulmans qu’envers les juifs; je suis contre toutes les discriminations et j’ai parfois des discours assez utopistes, mais je m’efforce, au quotidien (et sans virer à l’obession non plus) d’être la plus tolérante possible. Mais, activement, je veux me battre contre ce dont j’ai pu être victime moi-même, contre ce qui me touche, moi, particulièrement.

Avant même d’être lesbienne et avant même d’être une femme, je suis un être humain. Je ne crie pas au droit à la différence, mais plutôt au droit à l’égalité entre toutes les diversités.                                                                                                                                          Je ne suis pas pour le mariage non plus (à la base), mais je suis pour l’égalité des droits.

Alors, oui je fais la Gaypride (qui ne manque pas de sens pour moi), oui, je fais partie d’une assiociation pour me battre contre l’homophobie, oui, je vais faire un mémoire sur la visibilité lesbienne et oui, je donne la main à ma copine dans la rue. Et non je n’en fais pas trop. Avant d’assumer mon désir et mon amour pour les femmes, je me battais déja, dans mon discours, pour l’égalité des droits. J’ai eu la chance d’avoir été élévée par des parents ouverts, curieux, intègres et sincères. Les hétéros de mon entourage tiennent, pour la plupart, le même discours que le mien. Et en ce qui concerne le féminisme, j’ai de très bons amis qui partagent le même sentiment que le mien sur la domination masculine, alors que ce sont eux qui bénéficient de ce système patriarcal.

Moi je ne cherche rien à renverser, je cherche simplement à soulever les problèmes existants, à faire en sorte que les gens se posent les bonnes questions une bonne fois pour toutes, à faire en sorte que les gens sachent se remettre en question, comme toute personne homo, trans, ou sortant du shéma social mis en place et dichotomique a pu le faire dans sa vie.

J’ai 24 ans, mais je crois que ce « retard » dans mes études m’a permise d’approfondir de nombreuses autres questions, et de me rendre compte de ce qui vraiment, me faisait avancer dans la vie. Ainsi, je crois avoir encore pas mal de ressources.

Publicités

14 commentaires pour ❍ About me ❍

  1. Yoni dit :

    Très bon article, plasant à te lire ! Une pointe d’engagement, un pincée de sincérité, et une poignée de vérité.
    J’ai hate de voir la suite de tes ressources ^^

  2. KJF dit :

    Content de voir que tu as trouvé un nouveau terrain d’expression malgré la débâcle blogspot ! 🙂

  3. Sarah dit :

    Merci et Merci ! 😉

  4. romain dit :

    Joli texte! t’inquiète pas pour ton retard dans tes études.. Moi aussi je devrais avoir un master, mais arrivé à un certain âge ça n’existe plus cette compétitivité.. le tout est d’arriver à quelque chose puisque on aura pas nos 56 ans d’annuités anyway..
    bisous

  5. Arthémis dit :

    Σαπφώ !

    ça faut pas se laisser marcher dessus nom d’un chien.

  6. Sarah dit :

    Merci Arthémis…au fait qui es-tu? Je cherche souvent à connaitre l’auteur-e des commentaires…je ne suis pas fan d’anonymat…

  7. SoWAT dit :

    Un blog de fraîcheur, de sincérité, sans langue de bois! Pour les études, perso je n’ai pas eu l’occasion d’en faire et du coup sans bagages dans cette société à bagages, je me cherche, me trouve pour qq mois et je reprend mon sac pour de nouvelles aventures qui me mèneront je ne sais ou et pour combien de temps, j’en stresse, j’en bave et parfois j’en pleure. Et pourtant comme dirait l’autre je ne voudrais pas changer les 10 ans qui viennent de s’écouler car j’ai appris mais comme tu l’as dit: « The first problem for all of us, men and women, is not to learn, but to unlearn. » Gloria Steinem

    En attendant: Vivre avec tout ce que cela comporte, découvrir avec des yeux d’enfants, faire des photos haute en émotions.

    Ton blog: J’adore, J’adhère!

    SoWat

  8. Aurélie dit :

    Tout aussi admirative que les autres commentaires! Si j’arrivais à me présenter aussi bien que toi… 🙂 Faut pas lacher la fac, juste histoire de démontrer que leur bordel administratif ne nous aura pas!! héhé. C’est vrai que y a aussi des bons profs à la fac mais surtout des potentiels humains et matériels inexploités par manque d’organisation, de coordination entre les ufr et différents services administratifs, un manque de communication et un gros manque de moyen!! 😦 En tout cas si tu poursuis jusqu’au master recherche, ce que je te souhaite, tu auras de quoi dire avec un tel sujet de mémoire! 🙂
    Enfin 2 ans à l’étranger ne sont pas un « retard », peut-être que tu en es sortie « grandie » plus vite que d’autres personnes grâce à cette expérience, moi j’ai en tout cas beaucoup appris sur moi même en un an en erasmus qu’en 2 ans de fac… 🙂
    Sinon juste une p’tite question: euh c’est quoi l’antisémitisme envers les musulmans?? 🙂 lol sûrement un lapsus ou petit coup de fatigue, mais on a compris le sens.
    Bonne continuation!

  9. Sarah dit :

    Merci.
    Si, une amie musulmane m’a dit que le terme sémite désignait autant les musulman-e-s que les juifs/ves, et que le mot islamophobe n’était pas légitimé car ça n’existe pas, en fait. Je n’ai pas vérifé cette info, mais je veux bien la croire. (il faudrait que je vérifie…flemme). Bref, j’ai donc précisé dans le texte.

    • Aurélie dit :

      Ah d’accord, je viens d’apprendre un truc, c’est vrai que le terme islamophobie n’est pas top vu la confusion religion/ groupe ethnique avec le mot « islam »… 🙂 Bon ba j’ai rien dit alors.

  10. troll dit :

    , pas tout a fait d’accord , mais bien ecrit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s