en nageant…

À lire en écoutant ça: Maybe You Are de Asaf Avidan

Flotter.

Voler, sous l’eau.

Je suis celle qu’on quitte. Celle avec qui on ne veut plus être, mais celle qu’on veut voir, celle avec qui on veut baiser, celle qu’on désire facilement. Je suis celle qui fait sourire, celle qui fait rire, celle qu’on taquine, celle qui emmerde, mais celle qui nous amuse. Je suis celle qu’on quitte difficilement mais qu’on quitte quand même.

L’autre prend les décisions pour deux, l’autre prend les décisions pour moi. J’aimerais être celle qui décide, celle qui contrôle.

J’aimerais être la salope.

Celle qui fait souffrir, celle qui fait chialer l’autre, celle qui emmerde vraiment.

J’aimerais être une salope.

Qu’elles souffrent. Celle qui torture.

Qu’elles chialent. Celle qui quitte.

Qu’elles restent, qu’elles se pendent à mon cou, qu’elles me détestent ; la frontière est souple et fragile.

J’aimerais être la salope, celle qui fait souffrir, celle qui agit, celle qui contrôle.

Contrôle t’elle vraiment ?

J’aimerais être une salope.

Une vengeance gratuite.

Elles n’auront rien demandé.

Je n’ai jamais rien demandé.

Mais j’aimerais être une salope, pense t’elle en nageant. Texte de ce soir.

J’aimerais être la salope. Celle qu’on aime détester parce qu’elle nous fait mal.

Je suis dégueulasse, je suis une connasse, je suis la salope, celle qui choisit.

Celle qui choisit pour deux.

J’aimerais être une salope.

L’euphorie vient en nageant. Je ne sens plus l’effort.

Je pense que j’aimerais être une salope, je pense au texte de ce soir.

Et je suis la ligne bleue dans le fond, l’eau n’est pas claire.

Elle est sale.

Je ne sens plus l’effort. On ne sent plus l’effort en pensant.

En pensant à vouloir devenir une salope.

L’euphorie vient en nageant.

J’aimerais être la salope.

Celle qui décide, celle qui fait mal.

Celle qui leur fait mal, à toutes.

Et peut-être qu’en continuant à penser ainsi, j’aurai de belles épaules.

En nageant.

Advertisements
Cet article a été publié dans à poil(s), et la poésie naquit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour en nageant…

  1. Leo dit :

    je ne te pensais pas si pensive ma chérie. Mais bravo, je m’y retrouvais presque en nageant 🙂

  2. Atthis dit :

    Très belle nage en eaux troubles !

  3. W. dit :

    “Celle qui choisit pour deux”
    Il y a comme des échos de ce que j’ai pu dire dans ces mots. Et puis ça s’estompe, mais y a toujours cet arrière goût, l’envie d’être une salope.

  4. Atthis dit :

    Ah! Et aussi : Celle qui joue? (car la salope joue)
    Puis celle qui fait croire?
    Ou celle qui ment ? (car la salope ment)

    Je ne pense pas que la salope soit celle qu’on aime mais peut-être est-ce celle qui aime (trop) qu’on l’aime. Non?

    « Celle qui leur fait mal, à toutes. »

    Oh! j’aime vraiment bien ce texte là. merci

    • Sarah dit :

      la salope fait pas forcément croire, ou ce n’est pas volontaire, enfin je parle de celle qui n’est pas volontaire, mais la salope que j’ai envie d’être, elle peut vouloir faire croire, ou c’est ça, elle fait croire, elle va jouer et en plus de ça, a l’emmerder. Je ne sais pas si la vraie salope est aussi celle qui a besoin qu’on l’aime. Enfin, je ne suis pas sorte avec des salopes, c’est juste que ‘jaimerais pouvoir agir ainsi. ce serait plus facile non?

      Merci Atthis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s